Les inachevées - Une chouette pour Pluton

Les inachevées : Une chouette pour Pluton

Les inachevées, ce sont des histoires qui fusent et qu’on attrape au vol. Des tranches de récits qui réclament des doigts et un clavier d’ordinateur. Et si l’Elan était aussi un atelier d’écriture ?

Une chouette pour Pluton

Bubos scandiacus. Harfang des neiges. Elle est tombée amoureuse de cette animal quand, petite, elle l’a découvert dans un livre. L’espèce a disparue depuis longtemps, en même temps que les glaces du nord, et jamais elle n’en verra pour de vrai. Mais tant pis. L’imprimante 3D sort les dernières pièces de son robot, et ce sera un pis-aller satisfaisant.

Le plus dur a été de stabiliser le vol, de programmer les réactions en fonction du vent. Que la machine sache quand planer, quand désynchroniser les battements d’ailes pour se rétablir d’une bourrasque, comment orienter son millier de plumes pour s’adapter à chaque souffle et se mouvoir librement, précisément.

On ne programme pas l’instinct ni le savoir séculaire des courants d’air, mais pas mal de chose sont possibles et son oiseau volera. Mieux que les précédents, c’est son mantra.

Version 20.02.17. Pas question que celle-ci finisse contre une falaise. Autant le silicium est quasiment donné, autant son budget plumes artificielles a explosé. De toute façon, il est trop tard. Plus le droit a l’erreur. Son examen de fin d’étude est dans 10 jours, elle n’aura pas le temps pour une nouvelle version d’ici là.

Elle aurait pu fabriquer une panthère ou un androïde, comme certains de ses coturnes. La marche et l’équilibre pédestre est maîtrisée depuis des décennies. D’ailleurs, le plus dure pour un robot n’a jamais était de se déplacer, mais de se relever. « La plus grande gloire n’est pas de ne jamais tomber, mais de se relever à chaque chute » écrivait Confucuis ; ce qui est vrai pour les humains ne l’est pas moins pour les machines.

Elle aurait pu fabriquer un panda ou même un éléphant. Mais aurait-elle méritée son titre de majeure de promo ? Aurait-elle été à la hauteur des récompenses et des articles qui la décrivent comme la roboticienne la plus prometteuse de sa génération ? Aurait-elle décrochée ce parrainage de l’Agence Spatiale ? Lui aurait-on proposé cette mission sur Pluton ?

Alors pas question de se planter ! Elle obtient son diplôme et, après un an d’entraînement, son harfang et elle décollent vers les confins du système solaire.

Trois bips. Elle pose le fer à souder et va changer la bobine de l’imprimante. Encore quelques potentiomètres à installer, puis le caracoïde gauche sera imprimé. Deux heures après, ce sera le droit ; et demain, les essais pourront reprendre. Elle a réservé le gymnase pour des tests à plat et les derniers réglages, puis après-demain : conditions réelles. Elle est confiante. Ou presque. Non, en fait pas du tout, elle flippe.

Avant de retourner à son établi, elle fait un détour par la fenêtre pour aéré un peu. Elle est restée enfermée toute la journée et l’odeur de la soudure lui monte à la tête.

L’intelligence artificielle de sa chambre lui signale la présence de Piel, son frère, devant sa porte.

– Allez ! Il est 21h, t’as rien mangé et on a des bières. Ta chouette peu bien attendre une soirée, tu reprendras demain !

– Non, j’y suis presque, il n’y a plus que les clavicules à assembler.

– Isyle, dis-lui de sortir de sa piaule s’il te plaît.

La chambre répond :

– Vous êtes sous-alimentée et déshydratée. Rien d’inquiétant mais je vous encourage à suivre les conseils de Piel. Attention cependant, l’alcool est dangereux pour la santé et son introduction dans l’établissement enfreint le règlement.

– Non, mais ce sont des bières sans alcool hein, tu nous prends pour qui ?

– Piel, votre expression faciale m’indique qu’il s’agit d’un mensonge.

– Bon hé ! Vous arrêtez tous les deux ! J’ai du boulot et je voudrais bien un peu de calme.
– Musique apaisante.

Les hauts-parleur de la chambre commencent à diffuser Chloé, de Duke Ellington.

– Ha non ! Pas tes vieux trucs tout mou là ! T’auras tout le temps d’écouter ça dans la boite de conserve qui t’emmènera dans l’espace. Allez, viens ! On a de la vraie musique, on va danser sur les tables…

– Danser sur les tables enfreint le règlement de l’établissement.

– … ouais oh, ça va, on le fera pas… On est tous sous pression, viens je t’en prie, qu’on s’amuse un peu !

Il a raison, ça lui fera du bien. Elle se lèvera un peu plus tôt demain.

– Génial ! Prends ton maillot de bain !

– L’accès à la piscine de l’établissement est interdit après 20h, sauf pour les élèves disposant d’une dérogation.

– Raaah ! Bon, tire-toi, tu vas finir par nous mettre Isyle à dos, elle va nous coller un rapport disciplinaire ! Je vous rejoins dès que j’ai lancé l’impression du caracoïde droit.

Elle en profitera pour passer à l’atelier récupérer un nouveau rouleau de soudure. Un doute : a-t-elle fait le bon choix en optant pour un alliage étain – argent – cuivre ? Oh pis merde, ça ira très bien comme ça ! Elle renforcera quand même quelques points avant les essais, juste pour être sûre.

Barboter, siroter des canettes, discuter, rigoler… elle en avait besoin. Tout ce temps à bosser comme une possédée et les derniers mois ont filé ; il y a trop longtemps qu’elle n’avait pas passé du temps avec ses amis.

Méry lui montre sa nouvelle jambe : un travail d’orfèvre, d’une précision gestuelle incroyable grâce au connecteur neuro-nerveux de Trent. Ces deux-là sont parrainés et encadrés par l’Institut de Médecine, sans quoi ils n’auraient pas pu être leurs propres cobayes. Dans quelques semaines, ils y intègreront un programme de recherche expérimentale en biorobotique.

Astorg est venu avec sa panthère, et si elle l’accueille avec un peu de mépris, elle ravale vite sa morgue.

– Oui, la forme est simpliste, mais ce qui m’intéresse c’est surtout le rendu des poils !

Mille deux-cents fibres au centimètre carré sur un animal d’un mètre cinquante de long, plus une queue de quatre-vingt centimètre, et soixante-quinze centimètres au garrot. Chaque poils est contrôlé par une peau synthétique d’un millimètre d’épaisseur. Elle savait Astorg calée en nanotechnologie mais là elle est bluffée. Ça aurait pu lui servir pour le plumage de son robot !

– La peau n’est pas encore assez résistante pour ça. Hérisser quelques poils ça va, mais lui faire supporter un vol, j’y suis pas encore, il y’a aurait trop de pression par point. Ton traitement par paquet est plus adapté.

Peut-être dans quelques années, pour la v30. Et puis Gustave avec son fauteuil multifonctions, et Raku avec son robot de pipetage, et… elle reçoit un ballon dans la tête.

– Piel !

– Pardon, petit problème de réglage ! crie-t-il en rigolant.

– Y a aucun problème de réglage, j’ai vérifié le code. Et si t’as foiré la mécanique, je te jure que je…

Il avait prétexté des tests sur son poulpe pour obtenir le pass de la piscine. Bathypolypus arcticus. Dire que c’était partie d’une blague en première année. Et aujourd’hui, non seulement la machine peut remplacer à elle seule toute une équipe de water-polo, mais surtout le prototype est en passe d’être acheté par un industriel qui fait de la récupération sous-marine.

Avec la fonte des glaces, la montée du niveau des eaux et la raréfaction des ressources, cette activité a pris un essor tout particulier ces dernières années. Si le robot prouve qu’il sait faire autre chose que jouer à la balle, la vente pourrait rapporter gros à Piel et à l’école. Alors la direction lui passe un peu tout ce qu’il veut – même une soirée clandestine à la piscine.

Finalement, elle se sent un peu minable avec son Harfang des neiges. La tête dans le guidon, elle n’avait pas vu que ses camarades avaient, eux-aussi, accomplis des exploits.

En même temps, qu’attendre d’autre de cette école ? 100 élèves triés sur le volet en première année, 50 en seconde, et seulement 10 les six années suivantes. Formés à la biologie, à la physique, à la chimie, à la philosophie, à la programmation informatique, à la mécanique, à la linguistique, à la biomimétique, aux neuro-sciences… chacun encore spécialisé dans plusieurs domaines de recherche – elle, en météorologie par exemple. Il n’en faut pas moins pour faire un roboticien capable d’appréhender toutes les phases d’une construction et identifier les expertises nécessaires à la création d’un robot.

– Tu rigoles ! Arriver à reproduire un vole d’oiseau, c’est le graal ! La grâce, la précision…
– … et l’écrabouillage contre les falaises.

– Si ta chouette est autonome ne serait-ce qu’en condition normale, c’est toute l’exploration extra-terrestre que tu révolutionnes ! Tu les a regardé avec leur drones pourraves sur Venus qui s’écrasent au moindre coup de vent.

– Et tu te souviens de la tronche du directeur de l’Agence Spatiale quand il a vu ta v17 chasser les arachnoïdes d’Archi ? Ah vache, c’est sur que le relevé d’échantillons va prendre une autre tournure avec ton machin.

– Ouais, ça c’est s’il faut récupérer des échantillons dans un gymnase.

– Oh arrête de faire ta pleurnicharde sœurette, on l’a vu en action ta dernière mouture. Tu pinailles sur les clavicules, mais franchement le bestiau est dingue. Et le programme aussi, même Trent l’a dit, alors qu’en synaptique c’est un tueur.

– C’est vrai que j’ai dit ça !

Une grande partie du code a été conçu grâce au département IA de l’Agence Spatiale, mais elle ne va pas en ajouter une couche dans l’auto-dévalorisation.

Elle reprend une bière et laisse à son footing de demain matin, 6h tapante, le soin de lui rappeler que ça aura été une mauvaise idée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.