Au milieu des fantôme épisode 14

Au milieu des fantômes – épisode 14

Fiction sonore, en 14 épisodes de 4 à 8 minutes, Au milieu des fantômes est un polar d’une durée totale de 1h23.

Avec Coralie Huché, Ségolène Basso Brusa, Yoann Milin, Nicolas Six, Jonathan Durand, Gauthier Andres, Stéphanie Gerthoffert, Paty Cáceres, Michel Picot, Julie Lebowski, Olivier Gonord et Alexandre Molitor.

Ecrit et réalisé par Jérémy Durand. Musique par Olivier Gonord. Moyens de production : JDcarre – www.jdcarre.fr.

Ecrit entre avril et décembre 2017. Enregistré de janvier 2018 à septembre 2018. 1ère diffusion : juin 2019.

Ecouter / lire l’épisode précédent

Au milieu des fantômes
Episode 14

SEQ 1

Mardi 21 avril, 13h, au PMU Les Favorites. JEAN finit son rillette-cornichon, le patron lui prépare un double express noisette.

JEAN
Ouais, pas de bibine aujourd’hui, je suis supervisé en fin de journée. Ch’sais pas pourquoi ils nous emmerdent, le boulot roule, y’a pas d’embrouille. C’est plutôt chez les poulets qu’ils f’raient bien d’envoyer de la supervision. T’as entendu le poste t’à l’heure ? Y a une meuf en garde à vue qui tranquillou s’est passée la corde au cou. C’pas sérieux bon dieu. Z’ont personne pour surveiller ? Moi, j’vais t’dire, là, je crois bien qu’i’sont vérolés de l’intérieur. Faut voir les zozos qui trainent au poulailler. Pas que la flicaille, hein, aussi les loubards qu’ils ramassent. Bon, j’entend qu’c’est l’principe, mais vu la faune locale faut pas v’nir s’étonner quand ça dérape !

SEQ 2

Et pour déraper, ça dérape. Le préfet s’est déplacé, il demande des comptes. Catherine Ericson le gère tandis que GUS file à l’hôpital. Les explications attendront, d’autant que pour l’instant il n’en a pas.

SEQ 3

A l’étage des soins intensifs, CLEMENCE est sous oxygène, dans un coma artificiel. Les médecins ont fait ce qu’ils pouvaient. La moelle épinière a été endommagée, le cerveau a morflé. Il faut attendre, voir comment les choses évoluent. Le maire est assis dans un coin de la pièce, deux policiers attendent devant la porte, ABYGAELLE tient la main inerte de sa compagne. ELEA trépigne, s’allume une seconde cigarette.

ELEA (pour elle même)
Sérieusement GUS, dépêch’ !

Elle voudrait faire quelque chose, mais ne sait pas quoi. Et puis elle en a déjà assez pris dans la gueule. Elle voudrait ne rien faire mais a du mal à se contenir. Avec l’arrivée du bataillon de flics qui accompagnait l’ambulance de CLEMENCE, ses deux anges gardiens lui ont un peu lâché la bride.

ELEA
En sécurité… en sécurité mon cul, qu’ils aillent dire ça à l’assureuse.

Elle s’étouffe avec la fumée de sa cigarette. A quelques mètres, AUGUSTIN sort de l’hôpital, pantelant, la tête déboitée sur le côté. La même affaire pour la police, une autre histoire pour elle. Ne pas s’y laisser embarquer.

Elle balance sa clope à moitié fumée et ses pas la guident ; par hasard, évidemment ; au 5ème étage, devant la chambre de CLEMENCE CHARCOT. Un infirmier sort avec des échantillons de sang. Pour analyse.

ELEA aperçoit dans l’entrebâillement la comptable, entend l’électrocardiogramme biper doucement, calmement, régulièrement. Les deux gardes lui demandent de s’éloigner, elle s’exécute en boitillant, se planque à l’angle d’un couloir et sort son téléphone.

ELEA (elle chuchote)
Bon alors ! Tu fous quoi ?

GUS
Je suis en route, y’a des embouteillages, je n’avance pas.

ELEA (elle chuchote)
Sérieux, tu ne peux pas foutre un coup de sirène ou je sais pas quoi ?

GUS
Mais qu’est-ce que tu crois que je fais ! Attend ?! Pourquoi tu chuchotes ?

ELEA (elle chuchote)
Heu… bah… parce que je suis dans un foutu hôpital et qu’il faut respecter la tranquillité des patients, tu vois.

GUS
Tu n’es pas en train d’espionner la comptable ?

ELEA (elle chuchote)
Mais pas du tout !

GUS
Oh j’en étais sur ! Je t’ai dis de te tenir tranquille, bordel !

ELEA (elle chuchote)
Oh hé, si ça se trouve elle va se barrer avant que t’arrives, et t’as prévenu personne ici !

GUS
Mon bureau a été fouillé et on a cherché à buter mon suspect en plein commissariat. Je n’ai prévenu personne, parce que je ne sais pas qui prévenir !

ELEA (un temps – elle chuchote)
Tu es complètement égocentrique mon pauvre garçon : « ton bureau », « ton suspect »…

GUS
Tu sais quoi ? Je raccroche et quand j’arrive, je ne veux même pas te croiser. Tu retournes dans ta piaule et tu ne bouges pas d’un pouce !

Ce qu’évidemment elle ne fait pas.

SEQ 4

Les minutes passent, s’étirent. ELEA s’impatiente, l’entorse de sa cheville la lance.

Un cri. Une plainte. Les deux flics surgissent dans la chambre. Trois infirmiers arrivent en courant, un médecin les suit de peu. ELEA s’approche prudemment. Elle entend le bruit d’un défibrillateur qui se charge et un premier choc. Un second choc. La porte s’ouvre en grand, un infirmier sort en courant et disparait, les deux autres poussent le lit à roulette, le médecin maintient les palettes du défibrillateur prêtes à l’emploi, et les deux gardes ferment le cortège.

Au bout du couloir GUS arrive, ELEA lui fait signe.

SEQ 5

Quelques secondes de silence et le coup de feu part. Moins assourdissant qu’elle ne l’avait imaginé. Moins crispant aussi.

Quand GUS entre dans la chambre il est trop tard. ABYGAELLE est à genoux, en pleure, à bout. MICHEL DU TUDELE est mort. A ses funérailles quelques officiels diront tout le bien qu’il a fait pour la ville. En premières pages des journaux, son nom trempera dans un tas d’histoires sordides. Pour GUS, il n’est à cet instant qu’un point d’interrogation de plus. L’inspecteur sort son revolver.

GUS
Madame LEICHARDT, lâchez votre arme.

Mais ABYGAELLE n’entend pas, la tête lui tourne. Elle s’évanouie.

GUS
ELEA ! Un médecin ! Grouille !

SEQ 6

Mercredi 22 avril, 8h. Fidèle à son comptoir, JEAN ne pige ni les tenants, ni les aboutissants.

JEAN
Alors là, j’suis sur l’cul. T’rend compte qu’on s’est fait dézinguer not’maire ! Le vieux, ‘l’était là depuis un millénaire, l’aurait pu en tenir un autre ! Qu’est-ce qu’i’foutait à l’hosto ce con ? Bah on sait pas, ça le dit pas. Genre un truc à la prostate, vu son âge. Pas de bol quoi ! Ca craint. Tu t’imagines toi, t’arrives te faire soigner et paf ! Otage, paf ! Cané. Y’a un flic au mètre carré, mais pas un qui remue l’oreille. Bande de trous de pines ceux là, je te jure. En attendant, on a plus de maire et plus de studio de ciné ! C’est toute la ville qui part en quenouille. Y’a une plâtrée de saltimbanques qui va aller pointer au chom’du. I’z’y retrouveront les journaleux dégraissés, ça sera festif. C’est la chute de Sodome j’te dis ! Ca se trouve, on est les prochains. Remarque, toi, tu crains rien, même en enfer il en faut, des zincs.

Au milieu des fantômes – Episode 14 sur 14.

Ecouter / lire l’épisode précédent

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.