Truite et Pingouin épisode 3

Truite et Pingouin – épisode 3

Un programme proposé par le Puzzle de Thionville, écrit et raconté par Ségolène Basso-Brusa, produit par JDcarré. Réalisation et illustration : Jérémy Durand.

Ecouter / lire l’épisode précédent

Truite et Pingouin
Episode 3

Au clair de Lune

Il fait nuit. Pingouin et Truite sont toujours sur la route. Une immense pleine lune éclaire leur chemin. Pingouin connaît la lune, elle venait aussi chez lui dans le ciel le soir. Et quand elle était aussi grosse, il avait du mal à dormir. « Oaaaagh… » Truite laisse échapper un bâillement qui provoque quelques bulles. « Moi je sens mon train du sommeil arriver… » Pingouin se demande ce que c’est, le train du sommeil. « Oh je t’expliquerai plus tard… – répond Truite – trouvons d’abord un coin où dormir. » Pingouin veut bien mais la route est toute dure ici, c’est pas l’idéal. Ils voient alors se dessiner au loin l’orée d’une immense forêt. « C’est exactement ce qu’il nous faut ! », se réjouie Truite.

Pingouin accélère le pas et voilà nos deux amis dans les bois. Au contact du sol mousseux, Pingouin est ravi : « Le sol est tout doux ici ! » Mais à peine a-t-il finit sa phrase que BOING ! Il se cogne la tête contre un arbre : « aïeuuuuh… » Dans son bocal, Truite manque de passer par-dessus bord : « Fais attention, j’ai failli boire la tasse ! » Pingouin s’agace : « c’est facile à dire quand on tourne en rond et qu’on va toujours au même endroit ! » – « Hey ! – s’offusque Truite – c’est pas ma faute si je suis enfermée là-dedans, je préfèrerais être dans une rivière comme tout le monde ! » Pingouin s’excuse, il ne voulait pas dire ça, c’est le coup sur la tête qu’il l’a mis en colère, et la fatigue aussi. Truite explique qu’effectivement, ça rend souvent ronchon. Elle s’excuse aussi. Elle repère un buisson touffu à l’abri de la lumière : « je crois que j’ai trouvé où on va dormir ! »

Les deux compères s’enfoncent dans la végétation. A l’intérieur, il fait effectivement un peu plus sombre. « C’est l’heure de dormir ! » s’exclame Truite. Pingouin pose le bocal et s’assoit à côté d’elle : « aaah, ça fait du bien de se poser un peu. » Il se détend les pattes car il a beaucoup marché et fait aussi quelques moulinets avec ses ailes parce qu’il a beaucoup porté. « Faut dire que ton bocal est pas des plus légers ! » lance-t-il à Truite, taquin. Mais elle reste silencieuse. Pingouin s’étonne, elle qui a toujours quelque chose à répondre. Il approche sa grosse tête du bocal pour vérifier et voit que Truite le regarde fixement. « Ben, pourquoi tu dis rien, tu boudes ? » demande-t-il en tapotant le bocal avec son bec. Truite sursaute : « pourquoi tu me réveilles ? Je dormais si bien… » – « Mais tu avais les yeux grands ouverts ! » répond Pingouin, surpris. « Evidemment, c’est comme ça qu’on dort nous les poissons ! » Alors là, Pingouin ne savait pas. Il est désolé. Truite se rendort. Enfin, c’est ce que pense Pingouin, mais c’est difficile à dire car elle a encore les yeux ouverts. Il ne sait plus. Dans le doute, il la laisse tranquille.

Pingouin s’allonge dans l’herbe et regarde la pleine lune à travers les branchages. Elle est magnifique, comme chez lui. Mais comme chez lui, quand elle est grosse comme ça, impossible de s’endormir… Pingouin se rappelle qu’il lui parlait dans ces cas-là. Il lui demandait quelque chose. Comme Truite dort – enfin pense-t-il – il se lance : « Salut la lune, ça faisait longtemps ! Je voulais te demander, on cherche une maison avec Truite, alors euh, si jamais t’as une idée… Enfin, voilà quoi. Merci ! » Pingouin s’allonge, content. Il sent une zone un peu plus touffue juste au-dessus de lui. Il la tapote avec son aile pour s’en faire un oreiller douillet et y blottit la tête : « ah oui, c’est mieux ! » Alors qu’il s’apprête à fermer les yeux, il en voit deux autres qui le regardent et qui ne ressemblent pas du tout à ceux de Truite.

« Ça va, je vous dérange pas ? » s’exclame une voix inconnue. Pingouin sursaute et découvre en se relevant qu’il dort sur la queue d’un écureuil roux. « Oh pardon, je ne vous avez pas vu ! » Truite se réveille, plus ronchon que jamais : « ça y est, mon train du sommeil est passé, je ne dors plus du tout ! »

L’écureuil lui répond que c’est à cause de la pleine lune : « Moi non plus je ne dors pas ! J’en profite pour travailler.» Truite tourne la tête et dévisage l’écureuil. « C’est qui lui ? » L’écureuil se présente. « Je m’appelle Alphonse. Je vous ferais bien une petite visite des lieux, vu que j’ai entendu que vous cherchiez une maison. Mais je suis très occupé. Impossible de remettre la patte sur mon stock de noisettes ! »
« On peut peut-être vous aider ? » propose Pingouin. Il regarde Truite pour avoir son avis. « De toute façon, vu que personne ne dors… », répond-elle.
Alphonse est ravi, ils ne seront pas trop de trois !

Le trio se lance à la recherche des noisettes. « Vous avez quand même une petite idée d’où il faut chercher ? » demande Pingouin. « Absolument partout ! » répond Alphonse, en reniflant le sol frénétiquement. « Je travaille toute la journée à cacher des noisettes et je me rappelle jamais où je les mets. » Pingouin se met à soulever tous les branchages qu’il croise. Truite s’interroge : « à quoi ça sert de travailler autant si c’est pour rien récolter du tout ? » L’écureuil s’arrête, désespéré : « Je n’arrive plus à me concentrer depuis qu’il y a la route à côté de la forêt, il y a tout le temps du bruit ! C’est pour ça que je travaille aussi la nuit. » Pingouin s’inquiète : « Mais quand vous reposez-vous ? » – « Me reposer ? – s’étonne Alphonse – Mais je dois récolter des noisettes ! »

« Euh, désolée de vous décevoir, – rétorque Truite – mais vous n’êtes pas des plus efficaces. Il faut clairement repenser votre méthode de travail. » Alphonse demande ce qu’il doit faire. « Dormir et vous amusez beaucoup plus ! – affirme Truite – Deux points qui me semblent essentiels pour mieux travailler. N’est-ce pas Pingouin ? » Ce dernier acquiesce vivement. Truite bondit alors de son bocal pour lui faire son check nageoire. Mais comme à son habitude, Pingouin n’anticipe pas et le prend en pleine figure. « Oups, désolé Pingouin… » Alphonse éclate de rire : « c’est vrai que ça fait du bien de s’amuser un peu ! » Pingouin, lui, fait la moue.

Ils se remettent en chasse des noisettes et arrivent aux pieds d’un immense arbre magnifique dont les branches retombent comme de la pluie. « Waouh ! » s’exclame Pingouin, émerveillé. « Il s’agit d’un peuplier pleureur – explique Truite de manière analytique – on l’appelle comme ça à cause de ses branches qui retombent. » Alphonse dit qu’il a l’habitude de s’y réfugier quand il y a trop de bruit sur la route. « C’est vrai que ça doit être une super maison ! », lance Pingouin. Puis il réalise : « Hey ! La lune a peut-être exaucé mon souhait ? » – « Quel souhait ? », demande Truite. « Je lui ai demandé de nous trouver une maison ! » – « En plus – ajoute Alphonse – on peut se balancer aux branches ! » L’écureuil s’élance pour leur montrer. Il attrape une branche et se propulse sur une autre et encore une autre. Pingouin a trop envie d’essayer ! Il pose le bocal de Truite et fonce à son tour : « youhouhou ! » Mais comme il est plus lourd qu’Alphonse, et moins agile, il n’arrive pas à attraper la deuxième branche et tombe sur les fesses : « aieuuuh ».

Un grondement raisonne alors et une pluie de noisettes dégringole de l’arbre. « Mes noisettes ! » s’exclame Alphonse, ravi. Il saute pour en récupérer au vol. Pingouin en est recouvert jusqu’à la tête, ce qui amuse beaucoup Truite : « Il n’y a pas que les branches qui retombent comme la pluie… » Pingouin recrache une noisette qui atterrit dans le bocal de Truite, SPLOCK ! Mais Truite bondit et utilise son check nageoire pour lui renvoyer. Les deux amis éclatent de rire.

Alphonse les remercie, grâce à eux, il a retrouvé sa cachette. Pingouin se libère et récupère Truite, mais quand ils se retournent, Alphonse dort déjà à poings fermés sur son tas de noisettes. Truite et Pingouin sourient, contents pour lui. Mais ils ne peuvent quand même pas s’installer dans sa cachette pleine de noisettes !

Ils décident de reprendre leur route. D’autant qu’à chaque fois, ils rencontrent un nouveau copain, c’est trop bien ! Et si c’était le monde entier, leur maison ?

Ecouter / lire l’épisode précédent

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.